L'Agriculteur de l'Aisne 05 novembre 2019 à 14h00 | Par Actuagri

Priorité à la prévention contre la bactérie « tueuse » d’oliviers

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«Aujourd'hui, il n'existe aucun moyen de contrôle efficace contre cette bactérie», qui touche l'intégralité du territoire de l'Union européenne, a reconnu Philippe Reignault, directeur de la santé des végétaux à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES), lors d’un colloque réuni à Ajaccio, fin octobre, sur la Xylella Fastidiosa, la bactérie «tueuse» d’oliviers. «C'est pour cela que sont mises en place des mesures phytosanitaires qui cherchent à éradiquer un foyer sitôt identifié, pour que la bactérie ne se propage pas», a-t-il expliqué. Côté prévention, les chercheurs ont notamment évoqué la surveillance via satellite, qui permettrait de détecter des plantes touchées par la maladie avant que cela soit visible à l'œil nu. En parallèle, la recherche contre la bactérie avance. «On a quelques pistes de recherche, des essais, mais ces démarches sont cantonnées à l'échelle expérimentale en laboratoire», a ajouté Philippe Reignault. L'une des pistes serait d'intervenir sur les insectes qui transportent cette bactérie, ce qui «limiterait de manière hyper importante la dissémination de la maladie», a témoigné pour sa part Marie-Agnès Jacques, chercheur à l'INRA. Autre solution envisagée, «la lutte biologique, avec l'application d'organismes pour stimuler les défenses de la plante, la recherche de variétés résistantes, ou encore modification des pratiques culturales pour essayer de diminuer le côté favorable de l'environnement pour la maladie», a poursuivi cette scientifique. Problème : la Xylella Fastidiosa peut contaminer plus de 200 plantes différentes, «des plantes sauvages, aromatiques, ornementales et aussi des plantes cultivées alimentaires, et plus de 70 espèces d'insectes peuvent la transporter», a souligné Philippe Reignault. Cette bactérie est présente en France depuis 2015, sur une partie du littoral méditerranéen, dans les zones de Menton, entre Nice et Fréjus et à Toulon, ainsi qu'en Corse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1946 | novembre 2019

Dernier numéro
N° 1946 | novembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui