L'Agriculteur de l'Aisne 29 mars 2019 à 10h00 | Par Actuagri

Prix, résilience, vitalité des territoires… Des priorités rappelées au ministre

A la fin d'un congrès autour de deux thèmes très conjoncturels, la représentativité des corps intermédiaires et l’importance de l’Europe, Christiane Lambert n’a pas manqué de rappeler les sujets de fond sur lesquels il reste très attendu : suite des EGA, accompagnement de la transition, irrigation, loup, etc.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © l'Agriculteur de l'Aisne

Le 73ème congrès de la FNSEA, qui s’est tenu à Nancy du 26 au 28 mars, a traité de deux thèmes d’actualité majeurs, le rôle des corps intermédiaires, que le gouvernement en place a tenté de minimiser, depuis le début de la mandature, avant d’être confronté à la problématique des gilets jaunes, et l’Europe, dans un contexte de Brexit, avec la négociation de la PAC post-2020 en ligne de mire. Néanmoins, d’autres sujets presque aussi conjoncturels inquiètent tout autant la profession agricole, ce que Christiane Lambert n’a pas manqué de rappeler au ministre de l’Agriculture venu conclure le congrès. La présidente de la FNSEA a tout d'abord évoqué le chantier des prix, alors que les premières négociations commerciales après les Etats généraux de l’alimentation se sont avérées décevantes. «Nos trésoreries ont besoin de concret maintenant», insiste Christiane Lambert, incitant Didier Guillaume à mettre en œuvre les sanctions, pratiquer le «name and shame», voire mettre «des caméras dans les boxes de négociation». Pour le ministre, les EGA sont quoiqu’il en soit une réussite, puisque «le modèle de négociation a bougé». Une mission parlementaire de contrôle de la loi a cependant été mise en place le 14 février. Christiane Lambert, comme Didier Guillaume, se sont par ailleurs farouchement opposés à l’idée d’une TVA à 0 % sur les produits bio, comme proposé par Michel-Edouard Leclerc, une disposition qui, pour le ministre, «ne ferait qu’enrichir le distributeur».

Irrigation, PPA, prédateurs

Toujours côté économique, Christiane Lambert a salué la mise en place de l’épargne de précaution et le maintien du TO-DE «qui durera plus longtemps que deux ans», estime le ministre. Parmi les autres points positifs, les éleveurs peuvent se réjouir de l’annonce, par le président chinois Xi Jinping en visite à Paris la semaine dernière, que la régionalisation pourrait être mise en place, un soulagement alors que la peste porcine africaine reste proche des frontières françaises. En revanche, si Didier Guillaume a rappelé avoir rouvert le chantier de l’irrigation, la profession agricole en attend davantage : «il y a toujours un blocage sur le financement par les agences des volumes au-delà de la substitution, ce qui était notre demande», précise Christiane Lambert. «On a besoin de l’irrigation, dans un contexte de changement climatique, mais aussi pour la montée en gamme», insiste-telle, citant les besoins en maraichage et pour les semences. Déception également sur le sujet des retraites agricoles, qui n’a pas vu d’avancées concrètes, ainsi que sur le loup, même si le préfet coordonnateur devrait prochainement annoncer officiellement que le seuil des 500 loups a été dépassé, «ce qui nous ouvre des objectifs», a précisé Didier Guillaume.

Stigmatisation de l’agriculture

Thème cher à Didier Guillaume, la réconciliation entre agriculteurs et citoyens mais aussi, plus largement, entre ruraux et urbains, doit être accélérée, a rappelé Christiane Lambert, quand les territoires ruraux se sentent «abandonnés par l’Etat» en matière de services publics notamment. Face aux attaques dont ont été victimes des agriculteurs, des abattoirs, des boucheries, dont le travail a été régulièrement pointé du doigt dans les médias ces derniers temps, le ministre a indiqué que «Nicole Belloubet (ndlr : ministre de la justice) a fait passer une circulaire aux procureurs rappelant qu’il ne fallait rien laisser passer, les paysans, les abattoirs, font partie de notre vie économique et doivent être protégés». Si cet état d’esprit est positif, il est contrebalancé par le projet de rendre publiques les quantités de glyphosate utilisées par code postal, a de son côté rappelé la présidente de la FNSEA. Le ministre, qui a plusieurs fois rappelé l’importance et la nécessité de la «coconstruction», est donc désormais attendu dans les actes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1915 | avril 2019

Dernier numéro
N° 1915 | avril 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui