L'Agriculteur de l'Aisne 07 septembre 2011 à 15h38 | Par Actuagri

Producteurs de blé - Une conjoncture rassurante, une prochaine PAC à surveiller ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Conseil d’administration de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB) s’est réuni le 6 septembre. Le volume de récolte attendu des moissons est «rassurant» et les perspectives d’export demeurent bonnes.

L’AGPB s’est livré à un examen de la situation du marché du blé en ce début de campagne, lors de son dernier Conseil d’administration, et à ses perspectives pour l’ensemble de la saison 2011/2012. Côté blé, le volume estimé de la récolte à 33,5 Mt est jugé «rassurant», après les craintes de moissons catastrophiques exprimées jusqu’en juin. Cette récolte présentera des rendements exceptionnellement hétérogènes, parfois dans une même exploitation, mais la qualité apparaît globalement bonne. L’AGPB confirme donc l’approvisionnement des besoins intérieurs (meunerie, alimentation animale) et une bonne base pour l’exportation vers l’UE comme à destination des pays tiers, en particulier le Maghreb devenu notre acheteur prioritaire. Sur d’autres grands marchés, notamment l’Egypte, où nous avions pris une place inespérée l’an dernier en l’absence du fournisseur habituel qu’est la Russie, cette dernière revient en force et à petit prix. Cependant, le blé français compte sur sa qualité pour s’imposer sur des marchés extérieurs. C’est aussi la régularité de la production française et de son volume (-6 % dans une année extrême comme 2001, alors que les écarts australiens ont atteint +40 %) qui plaide en faveur de la vocation de la France et de l’Union à participer à l’équilibre alimentaire mondial.

Solidarité céréaliers/éleveurs
«Prendre en en compte les enjeux environnementaux et simultanément produire plus : tel est pour l’AGPB le véritable enjeu des prochains mois et de la nouvelle PAC», estime-t-elle. Face à la volatilité excessive des marchés, la PAC manque d’ambition dans ses instruments de gestion, jugent aussi les producteurs de blé. Par ailleurs, pour pérenniser une PAC légitime, l’AGPB admet le principe du verdissement mais considère que fixer son taux à 30 % serait trop, jugeant plus raisonnable de ramener le curseur à 20 %. L’Association se félicite en outre de la mobilisation dans la solidarité estivale céréaliers-éleveurs, qui s’est exprimée par la livraison de 900 000 t de paille supplémentaires aux éleveurs frappés par la sécheresse. La situation a été cependant moins dramatique que celle de 1976 grâce au retour de la pluie dès le mois de juillet et de belles repousses d’herbe.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui