L'Agriculteur de l'Aisne 29 juillet 2011 à 13h42 | Par Actuagri

Production de miel - Une récolte attendue à la hausse en 2011

Les apiculteurs français sont d’ores et déjà satisfaits de la campagne 2011, la production de miel étant attendue à la hausse, une première depuis de nombreuses années. Les relations entre apiculteurs et agriculteurs s’améliorent également.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © l'agriculteur de l'aisne
«Le bilan 2011 est positif !» pour la filière apicole française. C’est ce qui ressort d’une réunion organisée en Vendée, à Saint Laurent de la Salle, le 27 juillet, par la section apicole de la FNSEA, en partenariat avec la FDSEA du département de la côte Atlantique, qui a réuni des apiculteurs et des agriculteurs. Les récoltes de miel de printemps et de début d’été sont bonnes en raison des conditions climatiques printanières «idéales» pour les abeilles, ont expliqué en Vendée Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA et président de la FDSEA de la Vendée, et Julien Delaunay, apiculteur et vice-président de la section apicole de la FNSEA.
Dans toutes les régions françaises de production, les récoltes de miel de colza, acacia, lavande et tournesol sont «satisfaisantes». «2011 est une année de rêve pour un apiculteur : une bonne sortie d’hivernage, une saison intense avec de la production et surtout peu d’accident ou de mortalité», souligne Julien Delaunay. La production française est évaluée à environ 16 000 tonnes depuis plusieurs années. Mais le bilan final pour 2011, établi en octobre prochain, devrait, pour la première fois depuis longtemps, afficher une hausse de la production comprise entre 1 000 et 3 000 t.
Les apiculteurs professionnels demeurent cependant vigilants vis-à-vis de la situation du marché. Comme le marché national sera mieux approvisionné, ils demandent que la distribution «mette en avant «le made in France». D’autant plus que les importations de qualité suspecte ou à bas prix perturbent depuis de nombreux mois le marché européen», souligne la section apicole de la FNSEA. Par exemple, le miel d'origine chinoise couvre désormais 25 à 30 % de la consommation européenne. Malgré la hausse de production attendue, les besoins de la consommation française ne seront pas couverts cette année encore, évaluée à 40 000 t par an. De plus, les apiculteurs préviennent qu’ils veilleront à ce que le miel de tournesol ou de colza ne soit pas vendu en dessous de 3,25 euros le kilo (prix départ exploitation).
- © l'agriculteur de l'aisne
Vigilance sur le Cruiser OSR
Par ailleurs, le bilan 2011 est également positif en raison de l’amélioration des relations entre apiculteurs et agriculteurs. Les pratiques de ces derniers évoluent, en effet, afin de mieux prendre en compte la présence des pollinisateurs que sont les abeilles sur leur exploitation. «Le changement est progressif. Cela démontre bien que lorsque les producteurs se parlent, la situation s’améliore», commente Joël Limouzin. Ainsi, par exemple, certains traitements phytosanitaires sur des grandes cultures sont réalisés durant la nuit, en l’absence d’abeilles.
Néanmoins, malgré les bons rendements enregistrés, un cinquième du cheptel français de ruches est improductif, toute région de production confondue, en zone de montagne comme en zone de grandes cultures, sans raison claire. Et l’homologation récente par les pouvoirs publics du Cruiser OSR sur colza, un insecticide produit par la société Syngenta, est «un facteur d’inquiétude pour l’apiculture», ne cache pas la section apicole de la FNSEA. Mais cette dernière ne veut «pas de faux conflits entre apiculture et agriculture». C’est pourquoi elle a demandé mi-juillet au ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, de mettre en place un programme spécifique de surveillance des abeilles suite à l’homologation du Cruiser OSR.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui