L'Agriculteur de l'Aisne 25 novembre 2011 à 11h38 | Par Actuagri

Projet BioTfuel - Un pilote pour les carburants de deuxième génération

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A l'horizon de 2030, le biogazole et le biokérosène pourraient représenter 8% du marché mondial des biocarburants. Pour prendre place sur ce marché, six partenaires parmi lesquels Sofiprotéol viennent d'annoncer la construction, sur deux sites, d'un pilote de production de 200 000 tonnes de biocarburants en attendant de passer à l'échelle industrielle au plus tard en 2020. Le projet BioTfuel porte sur la création et la validation d'une unité de production de biogazole et de biokérosène de 2ème génération à partir de résidus forestiers ou agricoles (pailles) mais aussi de cultures dédiées (taillis à croissance rapide) capable, par voie thermochimique et en mélange avec des hydrocarbures, de produire un biocarburant directement utilisable par les moteurs de voitures ou d'avion. Un marché qui pourrait représenter 8% du marché mondial des biocarburants. "Nous visons 15 à 20% de ce marché" a précisé Jean-François Rous, président de BioTfuel. Un consortium de six partenaires rassemblant deux grandes entreprises de recherche, le CEA, le centre de l'énergie atomique mais aussi des énergies alternatives et l'Ifp-énergies nouvelles; deux bailleurs de licences technologiques, Axens et Thyssenkrupp et enfin deux producteurs d'énergie, Total et Sofiprotéol ont décidé de lancer la construction d'un pilote de production avant de passer à l'échelle industrielle en 2020. Le budget de l'opération est de 112.7 millions d'euros dont 33.2 millions de financement public en provenance de l'Ademe, de la région Picardie et de l'Union européenne.

Un pilote avant de passer à l'échelle industrielle
On connaît les carburants dits de 1ère génération, disponibles à la pompe et mélangés à l'essence ou au gazole : biodiesel fabriqué à partir des huiles de colza, tournesol, soja, et éthanol produit par la fermentation du sucre ou de l'amidon, incorporé à l'essence. La directive européenne dite EnR prévoit de porter à 10% la part des énergies renouvelables utilisées dans les transports d'ici à 2020, avec des biocarburants répondant à des objectifs de durabilité. Pour faire face à ces défis, la France privilégie le développement de biocarburants de deuxième génération en complément des biocarburants de 1ère génération. Après une dizaine d'années de travaux de recherche conduits en laboratoire, il est nécessaire aujourd'hui de mettre au point un pilote avant de passer à l'échelle industrielle. C'est tout le sens du projet BioTfuel. La partie prétraitement de la biomasse (séchage, broyage et torréfaction) avec un pilote de torréfaction d'environ 3 tonnes /heure sera construite en 2013 sur le site de Sofiprotéol à Venette (Oise). Les pilotes aval (gazéification, purification et synthèse) seront installés sur le site de l'établissement des Flandres du groupe Total près de Dunkerque (Nord). Au total, le pilote pourrait traiter 1 million de tonnes de biomasse par an pour une production de 200 000 tonnes de biocarburants. Fort de son expérience dans la transformation des matières premières agricoles et de la structuration des filières agro-industrielles, Sofiprotéol jouera un rôle dans l'organisation de l'approvisionnement en biomasse. Pour autant, Philippe Tillous-Borde, directeur général de Sofiprotéol précise "Je ne vois pas un arrêt des biocarburants de 1ère génération". Les émissions de CO2 des biocarburants "BioTfuel" devraient être réduites de 90% par rapport à celles des carburants d'origine fossile. D'un point de vue économique, l'objectif est de parvenir "à un prix compatible avec celui des carburants fossiles" selon Jean-Marc Sohier de Total.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1821 | mai 2018

Dernier numéro
N° 1821 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui