L'Agriculteur de l'Aisne 15 juillet 2011 à 11h32 | Par Agrapresse (SB)

Recherche - coopération - La nouvelle association Coop de France-InVivo fera part de ses projets à la rentrée

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C’est avec la «ferme volonté de n’avoir pas voulu créer un “machin”», que Coop de France et InVivo ont créé une association de type 1901 qui veut «mobiliser les énergies et expertises des deux entités» que sont Coop de France et InVivo. C’est au mois d’octobre que les chantiers prioritaires de cette association seront validés. Tout comme sa nouvelle identité. Des pistes comme le renforcement de la visibilité du monde coopératif au niveau de Bruxelles et de Strasbourg sont à l’étude.

«Cette gouvernance unique est le garant de la parfaite et totale complémentarité et cohérence de nos deux organisations que sont Coop de France et InVivo», a expliqué Philippe Mangin, président de Coop de France, qui a été élu à la présidence d’InVivo et prendra la présidence de l’association nouvellement créée. «Sinon le naturel revient au galop», souligne le président avec le risque de travailler chacun dans son coin.

L’ambition est donc de «regrouper ses forces»
Concernant la triple présidence de Philippe Mangin, il répond que ses mandats étaient très peu nombreux avec la présidence de Coop de France et celle de sa coopérative EMC2. «Ainsi, je ne me disperse pas !», a-t-il lancé en forme de boutade. La nouvelle association de type 1901 créée par Coop de France (confédération de coopératives à vocation syndicale) et InVivo (union de coopératives à vocation économique), qui «veut mobiliser les énergies et expertises des deux entités», s’appuie sur un conseil d’administration composé du conseil fédéral de Coop de France et du conseil d’administration InVivo. «Toute la diversité des coopératives est donc représentée», insiste Philippe Mangin. Le bureau élu résulte de la combinaison de celui d’InVivo et de Coop de France. «La première convention commune» de cette nouvelle entité est programmée pour fin
2012. «Cela sera un temps fort de la coopération française».

Une nouvelle identité
C’est au mois d’octobre que les chantiers prioritaires de cette association seront validés. Tout comme sa nouvelle identité. Des pistes comme le renforcement de la visibilité du monde coopératif au niveau de Bruxelles et de Strasbourg figurent parmi les priorités. Autre chantier : coordonner les différentes actions liées au développement durable. «Beaucoup d’actions des entreprises sont des initiatives hétérogènes», a expliqué le directeur général d’InVivo, Patrice Gollier, qui prendra la direction générale de l’association et «sera conduit à prendre la direction générale de Coop de France». Parmi les autres orientations possibles : «Favoriser la transversalité entre les filières» car «tout le monde doit se parler». Enfin, le sujet de la communication est aussi à l’ordre du jour. «La coopération a beaucoup de chose à dire», insiste Philippe Gollier.

Un comité d’éthique
La nouvelle association s’est dotée d’un comité d’éthique composé de 4 à 6 personnes étrangères au monde coopératif. Le choix des personnes composant le comité d’éthique sera dévoilé à la rentrée. «La notion de conflit d’intérêt ne nous a pas échappé (...) Ainsi, un comité d’éthique a été créé et fera un rapport une fois par an par des gens extérieurs à la gouvernance sur les missions rendues et l’éventualité de conflits d’intérêt. Ce même comité pourra être saisi par les coopératives», a commenté Philippe Mangin. «Coop de France, toute seule dans son coin, restait incantatoire (...)», a résumé son président. «Malgré la force de conviction qu’on a pu avoir, on avait finalement peu de leviers», a-t-il confié. Avec cette nouvelle association, «la coopération agricole va ainsi trouver une capacité d’expression politique et une crédibilité renforcée», a-t-il conclu.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui