L'Agriculteur de l'Aisne 10 octobre 2011 à 13h43 | Par Actuagri

Réforme de la PAC - Les Européens favorables au plafonnement et au verdissement des aides

Selon un sondage commandé par la Commission européenne, les aides de la Pac devraient être plafonnées et soumises à des conditions de protection de l’environnement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Voilà une enquête d’opinion qui va dans le sens des orientations de la Commission européenne. A quelques mois d’une réforme, annoncée la Pac, la Commission européenne a réalisé un sondage sur les attentes des Européens et des Français  en matière de politique agricole commune (1). Ainsi sur le plafonnement des aides, une petite moitié des Européens et 53 % des Français y sont favorables. A contrario, 28 % en Europe et 30 % en France estiment que le plafonnement serait une mauvaise chose. Ils sont respectivement 10 % et 6 % à ne pas avoir d’opinion là-dessus.
Sur le verdissement, quelque 44 % des Européens soutiennent que les aides directes aux agriculteurs doivent se concentrer sur des actions destinées à protéger l’environnement. Cette proportion est beaucoup plus importante en France, 57 % des sondés pensent ainsi.  Contre un tiers des Européens (et 29 % des Français) qui pensent que ces paiements devraient rétribuer les actions pour protéger l’environnement uniquement dans certaines régions de l’Union européenne, et être décidés au cas par cas. En revanche il n’y a que 10 % d’Européens et 4 % des Français qui considèrent que les aides puissent être accordées sans condition.

L’une des intentions de la Commission européenne est également de simplifier les règles de la Pac pour que les très petites exploitations puissent y avoir accès plus facilement. Cette orientation est également partagée par l’opinion publique européenne et française  et cela pour plusieurs raisons. D’abord parce que les petites fermes jouent un rôle important  dans la vie sociale de certaines zones rurales pour 44 % des Européens et 57 % des Français. Ensuite parce que les petites fermes maintiennent une activité économique dans certaines zones rurales (44 % des Européens et 55 % des Français pensent ainsi).  Et enfin parce que les petites exploitations peuvent être en mesure de se moderniser et de devenir compétitives si elles reçoivent des aides adaptées (38 % et 37 % de réponses en ce sens). Mais l’idée que les très petites exploitations contribuent à la beauté des paysages ne recueille que 15 % et 16 % d’opinions favorables.

Produits locaux et de montagne
La quasi-totalité des Français et des Européens (92 % et 96 % respectivement) estime que l’Union européenne doit encourager  les marchés et les produits agricoles et alimentaires locaux. Car il est de l’intérêt des consommateurs d’acheter des produits alimentaires qui viennent directement d’une ferme proche de chez eux. Et il serait utile que ceux-ci disposent d’un label identifiant ces produits agricoles et ces denrées alimentaires produits localement. En effet, près d’une moitié des Européens (44 %) et des Français (46 %) considèrent qu’il n’est pas facile d’identifier les denrées alimentaires produites près de chez eux.
Même opinion mais moins tranchée pour les produits alimentaires de montagne. Les produits agricoles et alimentaires élaborés dans les zones de montagne apportent un plus aux consommateurs (65 % en Europe et 79 % en France). Alors qu’il n’est pas facile de les identifier comme tels (52 % et 48 %).
Enfin à la question sur la transparence des aides, une nette majorité des personnes interrogées (62 % des Européens et 61 % des Français) juge que le nom des bénéficiaires de la Pac et les sommes qu’ils perçoivent devraient être connus publiquement. Contre seulement 22 % et 23 % qui estiment que ces informations doivent rester confidentielles.

(1)   sondage réalisé en mai 2011 auprès de 26713 Européens et 2022 Français

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui