L'Agriculteur de l'Aisne 17 novembre 2010 à 09h44 | Par Reussir

Remaniement - Bruno Le Maire élargit son territoire

Le ministre de l’agriculture a vu ses compétences élargies à l’aménagement du territoire à l’occasion de la formation du nouveau gouvernement. Curieusement, l’intitulé de son ministère change également, : hier ministre de l’alimentation et de l’agriculture… cet intitulé devient « ministre de l’agriculture et de l’alimentation ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’agriculture a repris le dessus. Confirmé dans ses fonctions, avec des compétences élargies, Bruno Le Maire devient ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire. La notion d’agriculture est remise en tête contre celle de l’alimentation dans l’ancien intitulé. La raison ? Voyez l’Elysée, répond-on dans l’entourage du ministre. Autrement dit, l’initiative ressemble à un clin d’œil non dénué d’arrières-pensées politiques. ON s’adresse aux agriculteurs en tant qu’hommes et femmes qui auront un poids électoral non négligeable aux prochaines élections.

Bien accueilli

L’essentiel réside cependant dans le champs de compétence du ministre qui s’élargit. En effet, Michel Mercier, ancien ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire prend du galon en devenant garde des sceaux, ministre de la justice. La ruralité est donc dévolue à son cadet. Celui-ci devra gérer l’ensemble des composantes du milieu rural, de l’agriculture aux services publics par exemple. «On espère que Bruno Le Maire aura la disponibilité pour continuer ce qu’a comment Michel Mercier " remarque un sénateur, qui se rappelle que le ministre de l’agriculture n’est pas «né dans la ruralité». Il n’empêche : cet élargissement de compétences est plutôt bien reçu par le monde agricole. Dans une déclaration à l’AFP, le président de la FNSEA Jean-Michel Lemétayer estime que le maintien de Bruno Le Maire à l’agriculture «est une bonne chose», notamment, selon un communiqué de la fédération, compte tenu des prochaines négociations sur la réforme de la Pac, des objectifs recherchés dans le cadre du G20 et de l’application de la loi de modernisation agricole.

«La ruralité appartient à l’avenir de la France»

En tout cas, La passation de pouvoir entre Michel Mercier et Bruno Le Maire, qui s’est déroulée sur le perron de l’hôtel de Castries, a été chaleureuse entre deux hommes qui s’apprécient. «Je vois arriver Bruno Le Maire avec confiance dans ce ministère qui est tout petit par la taille de son administration» a déclaré Michel Mercier «très heureux» de cette succession. Il a salué en Bruno Le Maire, «cet élu de terrain qui va prendre en main ces dossiers». Bruno Le Maire s’est déclaré «très heureux de cette cohérence» qui créé «pour la première fois» un ministère de l’Agriculture élargi à la ruralité et à l’aménagement du territoire. «La ruralité appartient à l’avenir de la France» dit-il. «Elle a besoin de perspectives, en terme d’emplois et d’attractivité" a-t-il ajouté.

Les ministres qui compteront pour l’agriculture

Nathalie Kosciusko-Morizet est nommée ministre de l’Écologie, en remplacement de Jean-Louis Borloo qui a choisi de quitter le gouvernement. Son portefeuille ne comporte pas l’énergie qui est l’une des attributions d’Éric Besson, ancien ministre de l’immigration et de l’identité nationale qui devient ministre de l’industrie avec l’énergie et l’économie numérique dans ses attributions. Nommée ministre des affaires étrangères, Michel Alliot-Marie, ministre d’État devient numéro trois du gouvernement après Alain Juppé, ministre de la défense. Laurent Wauquiez devient ministre des affaires européennes auprès de Michèle Alliot-Marie. Frédéric Lefebvre entre au gouvernement au poste de secrétaire d’État de commerce, de l’artisanat et du tourisme en remplacement d’Hervé Novelli. Pierre Lellouche devient secrétaire d’État au commerce extérieur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui