L'Agriculteur de l'Aisne 11 juillet 2013 à 09h00 | Par Actuagri

Revenus - Détérioration de la situation financière des agriculteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le moral n’est pas au beau fixe chez les agriculteurs qui voient leurs finances s’amenuiser. Conséquences : des embauches en CDI en diminution et un arrêt de l’activité agricole précoce. La part d’exploitations ayant vu leur situation financière se détériorer ne cesse de s’accroître et retrouve un niveau qui n’a plus été observé depuis juin 2011. C’est ce que révèle le baromètre Ifop de la conjoncture agricole commandé par la FNSEA. Cette étude a été menée par téléphone du 13 au 20 juin 2013 sur 1501 exploitants agricoles. Donc, 35 % des agriculteurs interrogés ont constaté une détérioration de leurs finances au cours de ce printemps, notamment pour les bovins lait, l’horticulture, les porcins et les volailles. Ces exploitations se situent essentiellement en Bretagne. Il ressort très clairement une inquiétude quant à la fragilité des exploitations. Néanmoins, 48 % des exploitants trouvent que leur situation économique actuelle est acceptable, 26 % la juge mauvaise et 26 % bonne. Pour les trois prochaines années, une majorité (41%) pense que la situation économique restera identique. Par contre, à plus court terme, les horticulteurs et les éleveurs ovins, bovins, caprins se montrent pessimistes quant à leur avenir. Les plus optimistes sont les maraîchers. Ces derniers mois, quatre exploitants sur dix ont rencontré des difficultés sur leur exploitation. Difficultés imputables à la météo, à des charges d’approvisionnement trop élevées mais aussi au coût du travail et à la réglementation jugée trop contraignante. La Bourgogne, la Franche-Comté, le Centre, l’Aquitaine et le Poitou-Charentes sont des régions qui ont particulièrement soufferts des conditions climatiques de cette année. Les productions les plus touchées sont les grandes cultures et les cultures spécialisées. Malgré la conjoncture économique, le taux d’embauche reste stable. Les viticulteurs, les horticulteurs et les maraîchers ont procédé à des embauches en CDI et en CDD au cours du printemps. 11 % des exploitants agricoles ont recruté un salarié saisonnier, un tiers d’entre eux sont des entreprises arboricoles. En général, ce sont les embauches en CDD qui sont privilégiées, notamment pour l’été à venir. 13 % des exploitants envisagent de recruter pour un contrat à courte durée contre 3 % pour un contrat indéterminé.

Optimisme ou pessimisme ?
Une fois de plus, les éleveurs de bovins, ovins, caprins et bovins lait se montrent les plus pessimistes quant au climat général des affaires en France. Les plus optimistes sur leur propre activité sont les exploitants en cultures spécialisées, les viticulteurs et les exploitants des régions du Grand est et des Pays de la Loire. Un exploitant agricole sur dix projette d’abandonner son activité au cours de l’année à venir. La motivation principale de ce départ reste la retraite pour 42 % des interrogés et des difficultés financières trop lourdes sur l’exploitation (40 %). Plus globalement, 89 % des exploitants ne font pas confiances aux mesures économiques prises par le Gouvernement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1807 | février 2018

Dernier numéro
N° 1807 | février 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui