L'Agriculteur de l'Aisne 02 janvier 2012 à 16h45 | Par L'Agriculteur de l'Aisne

Session des chambres d’Agriculture - Bruno Le Maire se dit peu favorable à une augmentation massive de la TVA

Compétitivité, innovation et organisation des filières ont été les maîtres mots du discours de Bruno Lemaire, le ministre de l’Agriculture, venu clore les travaux de la session des chambres d’Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bruno Le Maire, le ministre de l’Agriculture, s’est rendu à la session des chambres d’Agriculture le mercredi 21 décembre. Après un discours de Guy Vasseur, le président des chambres d’Agriculture, il a répondu aux agriculteurs sur les questions d’actualités : semence de ferme, TVA emploi, sécheresse… A l’aube de la campagne présidentielle, ses déclarations ont été clairement entendues.
- La TVA emploi : Après avoir rappelé l’importance de la baisse du coût du travail dans l’agriculture française, le Ministre s’est dit peu favorable à une augmentation massive de la TVA. «Je crains que cela pose des problèmes en termes de compétitivité et pour la consommation française», a-t-il assuré. Néanmoins, il est prêt à discuter des modalités de la TVA. Sur ce point, Guy Vasseur, le président de l’APCA, s’est montré favorable à la TVA emploi : «Il faut limiter les distorsions sociales et la TVA emploi est un outil pour y arriver».
- Les semences de ferme : «Il faut que nous restions un grand pays de recherche et développement agricole», a lancé Bruno Le Maire.  "Sous le feu des critiques quasi-unanimes j’ai fait adopté le projet de loi sur les semences de ferme qui permet de financer l’innovation et la recherche», a-t-il continué sans préciser qu’il avait montré une certaine réserve lors du débat. Il a également évoqué le combat à mener pour expliquer à l’opinion publique les atouts de l’innovation. A ce titre, le président des chambres d’Agriculture s’est montré en accord avec la légalisation des semences de ferme.
- Les retenues d’eau : Lors de la sécheresse, nombre d’agriculteurs n’ont pas pu utiliser les retenues d’eau collinaires situées près de chez eux. Le Ministre a qualifié cette situation d’ «ubuesque». Il a assuré de donner la maîtrise d’ouvrage de ces retenues aux chambres d’Agriculture. «Nous supprimerons les recours administratifs une fois que les retenues d’eau seront construites pour éviter de se retrouver dans la même situation», a-t-il ajouté. Mais Bruno Le Maire est resté vague sur la nécessité d’engager une politique de stockage, question sur laquelle Guy Vasseur l’avait interpellé.
- La Pac : «Notre destin commun en Europe, nous rassemble. Nous sommes très attachés au maintien du budget de la PAC. C’est un outil de régulation dont nous avons besoin», a clamé Guy Vasseur lors de son discours. Selon lui, «la PAC ne doit pas devenir une variable d’ajustement, surtout en période de crise financière». La question du verdissement a également été évoquée, suscitant beaucoup d’inquiétudes au sein des chambres d’Agriculture à cause des contraintes qu’elle engendre. Bruno Le Maire a répondu positivement à ces attentes : «Le verdissement tel qu’il nous est proposé ne convient pas. Je milite pour une logique incitative et simple». A propos de la PAC, il a assuré sa vigilance quant au «maintien à l’euro prêt du budget de la politique agricole commune».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1837 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 1837 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui