L'Agriculteur de l'Aisne 20 octobre 2017 à 08h00 | Par Agrapresse

Stéphane Travert attend les copies pour le 10 décembre

Abonnez-vous Réagir Imprimer

À la sortie d’une première réunion au ministère de l’Agriculture le 19 octobre faisant suite au récent discours d’Emmanuel Macron sur les États généraux de l’alimentation,Stéphane Travert a précisé en conférence de presse le calendrier de travail attendu sur le sujet des contrats de filières, demandés par le président de la République encontrepartie du relèvement du seuil de revente à perte (SRP). Les contrats de filièresont attendus par le ministère pour le 10 décembre. Le ministre de l’Agriculture recevra les filières à mi-parcours. Le président de la République les recevra en janvier. «Nous ne demandons pas toutes les réponses d’ici le 10 décembre, mais nous demandons de chiffrer les ambitions», a expliqué le ministre. Il attend des chiffres en matière de restauration collective, de filières de qualité (bio, AOP, traçabilité…), de trajectoires de baisse des intrants et de bien-être animal. Questionné sur une éventuelle conditionnalité du relèvement du SRP à la qualité des contrats de filière proposés,comme l’a laissé entendre Emmanuel Macron à Rungis, Stéphane Travert est restéobscur : «il y a d’un côté la loi, et de l’autre les contrats de filière», a-t-il répondu. La veille, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a proposé du «donnant-donnant» au président de la République et aux distributeurs. Elle demande au gouvernementde préciser son projet concernant le relèvement du seuil de revente à perte (SRP) pour les produits alimentaires, et aux distributeurs qu’ils signent «une charted’engagements» pour les négociations commerciales qui vont bientôt démarrer sans aucune modification réglementaire, comme c’est également proposé par Serge Papin (Système U). De son côté, la FNSEA s’engage à travailler à la construction decontrats de filière «audacieux». Christiane Lambert estime : «Nous ne pouvons pas avoir des coûts de production français et des prix polonais», et invite chaque filière àmettre en avant ses démarches de mise en avant de la qualité des produits français «pour mériter les hausses de prix». Et de résumer : «ce n’est pas du protectionnisme,c’est du patriotisme alimentaire».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1821 | mai 2018

Dernier numéro
N° 1821 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui