L'Agriculteur de l'Aisne 22 juillet 2011 à 10h48 | Par A. Baillet, L. Ruck

Technique culturale - Ne pas négliger la fertilisation phosphatée du colza

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le colza est très exigeant en phosphore. Tout déficit dans l’alimentation phosphatée conduit à des pertes de rendement pouvant entamer plus de 50 % du potentiel de la culture dans les situations les plus carencées.
Le phosphore est un élément essentiel de la constitution des cellules et du fonctionnement métabolique. Il favorise également l’implantation de la culture en stimulant la croissance racinaire. Il est donc indispensable dès la mise en place de la culture. Les quantités absorbées augmentent fortement au printemps en corrélation avec la production de biomasse. En avril, le colza peut absorber jusqu’à 2kg/jour/ha de phosphore. Entretenir la fertilité du sol pour ne pas limiter le potentiel de production.
L’entretien de la fertilité du sol est essentiel car la grande majorité du phosphore absorbé provient du sol et non des engrais apportés sur la culture en place. En situation limitante, l’apport d’engrais ne corrige que partiellement le déficit de la culture car les ions phosphates réagissent avec les constituants du sol et deviennent alors plus ou moins assimilables.
Selon les principes de la méthode COMIFER, la fumure de fond doit être gérée en fonction des teneurs de référence (tab 1).

Redresser une situation carencée est toujours rentable !
Cinq essais, conduits en 2009 et 2010 par le CETIOM, ont montré l’intérêt d’un apport d’engrais de redressement sur le rendement du colza, lorsque le phosphore est le premier facteur limitant. Le gain de productivité est variable selon la gravité de la carence, allant de 3,5 à 15,7 q/ha dans les situations étudiées.

Apport d’automne ou de printemps ?
Lorsque les apports sont bloqués sur colza ou dans les parcelles faiblement pourvues en phosphore disponible, il est préférable d’apporter le phosphore en fin d’été avant l’implantation de la culture pour limiter le risque de carence précoce à l’automne.
Le stade de sensibilité maximale du colza à la carence en phosphore se situe pendant la phase juvénile, au stade 5-6 feuilles. L’épandage à l’implantation laisse, par ailleurs, la possibilité d’incorporer ce qui permet une meilleure répartition de l’élément minéral à proximité des racines.
Dans les parcelles où le phosphore est apporté régulièrement, il est possible de réaliser l’apport en fin d’été ou bien au printemps. L’entretien régulier de la fertilité du sol offre plus de souplesse pour la réalisation de l’intervention et permet de s’adapter aux contraintes de l’exploitation (organisation des chantiers, prix de l’engrais).

Faciliter l’absorption du phosphore grâce à une bonne structure du sol

Les jeunes racines doivent pouvoir se déplacer vers les ions phosphates peu mobiles. Tout facteur impactant négativement la croissance racinaire, comme une mauvaise structure du sol, pénalise l’absorption du phosphore.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui