L'Agriculteur de l'Aisne 02 novembre 2012 à 15h08 | Par Gaetane Trichet

Transhumance - Brebis et marcheurs en route pour 22 km

Après avoir pâturé tout l’été sur le camp militaire de Sissonne, les brebis du GAEC Gosset ont rejoint leur bergerie à Montloué pour l’hiver. Elles étaient suivies par plus de 250 randonneurs. La transhumance était en marche.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © l'agriculteur de l'aisne
En 2011 déjà, le conservatoire d’espaces naturels de Picardie, Jean, Michel et Timothée Gosset, en partenariat avec le camp militaire ont proposé une transhumance entre Sissonne et Montloué sur 22 km au rythme des brebis et au son de leurs clochettes. Face à l’engouement des randonneurs pour cet événement, une deuxième édition a été proposée samedi 13 octobre dernier.Le rendez-vous était donc donné à Montloué à la ferme La Bergerie à partir de 7 h 15. Des bus ont emmené tous les marcheurs à Sissonne jusqu’au camp militaire. Là, les brebis qui ont pâturé tout l’été, étaient prêtes pour le retour. «Les brebis broutent les grandes étendues de pelouses sèches du camp ce qui permet de lutter contre l’embroussaillement et de conserver la diversité de cet endroit» ont expliqué les éleveurs. «Maintenant, elles repartent à Montloué pour y passer l’hiver au chaud».22 km séparent Sissonne et Montloué. Guidées par les chiens de bergers, les brebis ont donc repris le chemin du retour suivies par les randonneurs ravis de cette initiative. Sur le chemin, pause casse-croûte, méchoui, maroilles, tartes et boissons étaient prévus, tout comme un pot d’arrivée (vers 18 h) avec cidre et jus de pommes de Thiérache. La pluie s’est immiscée à cette journée mais n’a pas empêché la transhumance et l’arrivée à bon port de toute la troupe.La transhumance, qui perdure depuis des siècles dans certaines régions, est un excellent moyen pour renouer les relations entre l’homme, l’animal et l’environnement. Le mouton bénéficie d’une très bonne image, tant alimentaire, que sociale, culturelle, ou encore environnementale. Il s’agit d’un moment privilégié pour transmettre des traditions paysannes et expliquer aux concitoyens consommateurs le métier d’éleveurs qui sont impliqués dans la préservation de la nature. C’est aussi l’occasion de faire de ce public un partenaire en le sensibilisant à la nécessité de prendre soin collectivement de l’environnement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1807 | février 2018

Dernier numéro
N° 1807 | février 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui