L'Agriculteur de l'Aisne 24 août 2012 à 10h17 | Par celine guiard-van laethem veronique petit

Vérifiez vos plans d’épandage : le calcul des surfaces nécessaires change au 1er septembre 2012

Dans le cadre de la révision des textes Directive Nitrates, les modalités de calcul des 170 kg provenant des effluents d’élevage ont changé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le cadre de la révision des textes Directive Nitrates, les modalités de calcul des 170 kg provenant des effluents d’élevage a changé. Hors ce calcul est un des éléments permettant de dimensionner le plan d’épandage
Dans le cadre de la révision des textes Directive Nitrates, les modalités de calcul des 170 kg provenant des effluents d’élevage a changé. Hors ce calcul est un des éléments permettant de dimensionner le plan d’épandage - © Chambre d’Agriculture d’Ile et Vilaine

Dans le cadre de la révision des textes Directive Nitrates, les modalités de calcul des 170 kg provenant des effluents d’élevage ont changé. Or, ce calcul est un des éléments permettant de dimensionner le plan d’épandage.

Le calcul des 170 kg est désormais chiffré par rapport à la SAU
Les exploitations doivent respecter un plafond d’azote organique issu de l’élevage fixé à 170 kg/ha. Initialement, le calcul des 170 kg se faisait par rapport aux surfaces épandables en réintégrant les surfaces pâturées non épandables, mais qui reçoivent de l’azote organique directement par les déjections des animaux. Désormais, le calcul est plus simple : il suffit de faire la division par la surface agricole utile de l’exploitation (SAU), comme c’est le cas dans les autres pays de l’Union Européenne. En pratique, cela change peu les résultats car, pour les exploitants en polyculture-élevage avec l’ancien dispositif, le calcul se faisait en moyenne avec 96% de la SAU (référence : 600 DEXELS 02).

Les normes de rejet des vaches laitières revues à la hausse
Le rejet moyen d’une vache laitière était jusqu’à présent de
85 kg d’azote par an. Aux Pays-Bas, il est de 107 kg, en Allemagne de 102 à 117 kg, les niveaux variant selon le rendement laitier et l’alimentation. Désormais, en France, cette valeur sera fonction de la production laitière annuelle et du temps passé au pâturage (voir tableau ci-contre).
La production laitière est obtenue à partir de la quantité annuelle de lait livrée, y compris en vente directe, divisée par le nombre de vaches laitières présentes dans l’année, puis divisée par le coefficient 0.92 afin de tenir compte des périodes de tarissement.
Pour calculer le temps passé à l’extérieur des bâtiments, il faut ajouter :
- le nombre de mois pendant lesquels les animaux sont dehors en continu jours et nuits (la traite n’est pas décomptée),
- le temps cumulé (exprimé en mois) passé à l’extérieur des bâtiments pendant les périodes où les animaux passent une partie du temps en bâtiment et une autre dehors (la traite est décomptée).

Ce que ça change en pratique
Les plus désavantagés par ce changement sont les systèmes pâturants. Les organismes professionnels prévoient de demander dès que possible une dérogation pour les systèmes herbagers concernant le seuil des 170 kg comme c’est le cas dans d’autres pays de l’Union Européenne.
Car finalement, moins il y a de temps au pâturage, moins l’indicateur 170 kg est élevé et moins il faut de surfaces pour épandre. Mais dans ce cas, il faut avoir suffisamment de capacités de stockage pour respecter le nouveau calendrier d’épandage qui s’est également durci.
L’idéal est de faire le calcul pour votre exploitation en estimant au mieux les temps passés à l’extérieur des bâtiments, pour voir si finalement votre exploitation est impactée ou non, en particulier si vous êtes déjà proche de la valeur plafond. Si vous êtes effectivement impacté, il vous faudra trouver des surfaces supplémentaires pour épandre et mettre à jour votre plan d’épandage. Pour cela, vous pouvez contacter le service élevage au 03.23.22.50.78. et/ou télécharger la calculette excel pour faire votre calcul sur www.agri02.com rubrique outils.


POUR EN SAVOIR PLUS

les nouvelles modalités Directive Nitrates seront présentées à la journée «Epandage de produits organiques : un atout en élevage  comme en grande culture !»  le 10 septembre prochain à Wiège-Faty (02). Cette journée est organisée par la Chambre d’Agriculture de l’Aisne en partenariat avec le LDAR, CERENA, USAA et FDCUMA dans le cadre du projet Interreg SUN.
Vous pouvez également consulter le site http://www.chambres-agriculture-picardie.fr/
Pour ajuster votre plan d’épandage, contactez le service élevage au 03.23.22.50.78.

Exemple pour un élevage laitier spécialisé

Caractéristiques :
- 51 vaches laitières, sorties en pâture pendant la moitié de la journée de mi-mars à mi-novembre (pendant 8 mois), avec la suite de renouvellement (12 génisses de moins d’un an, 12 génisses de un à deux ans, 12 génisses de plus de deux ans)
- Quantité de lait livré : 340 000 litres
- SAU : 62 hectares avec 50 hectares de SFP dont 36 hectares de prairies permanentes (surfaces épandables : 26,25 hectares de PP / 24,70 hectares de terres labourables)

Calcul des 170 kg d’azote/ha/an (ancienne version) :
110,6 kgN/ha/an
- production d’azote par le cheptel : 6 714 kg d’azote par an
- détermination de la surface de référence (= surface potentielle d’épandage) : 60,7 ha (26.25 TL épandables + 36 ha PP)

Calcul des 170 kg d’azote/ha/an (nouvelle version) pour une référence de sortie en pâture à plus de 12 heures par jour*: 121,5 kgN/ha/an
- production d’azote par le cheptel : 7 530 kgN/an
- détermination de la surface de référence (= SAU) : 62 ha

*Remarque : La sortie des vaches laitières après la traite du matin et leur rentrée en bâtiment avant la traite du soir donne souvent moins de 12 heures de pâturage par jour, soit moins de 4 mois passés à l’extérieur sur 8 mois du printemps à l’automne. La production d’azote par vache laitière devient alors, pour le même niveau de production, 83 kgN/VL au lieu de 101 pris en référence dans le calcul, soit moins que la référence actuelle de 85 kg N/VL.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui