Anciens numéros

294 anciens numéros

N°2036 (36)

04 septembre 2020 | Semaine 36 2036
Afficher l'édito

L'édito

«Une bêtise répétée dix fois ne devient pas une vérité»

Les récoltes d’été sont achevées, exprimant au mieux dans certains secteurs, un sentiment d’avoir limité la casse. Pour d’autres en revanche, cette moisson 2020 rappelle le triste souvenir de la récolte 2016, replongeant certains d’entres nous dans un cycle de difficultés économiques majeures.La sècheresse s’est également invitée dans la durée, laissant augurer des récoltes d’automne très incertaines (betteraves, pommes de terre, maïs ensilage et grain, fourrage).Nous devons tout mettre en œuvre pour rebondir, et redonner de l’espoir et de la visibilité à tous. Dans ce contexte, il nous faut rester unis et solidaires pour affronter l’avenir !D’autant plus que nous n’avons jamais été autant attaqués sur notre métier, la plupart du temps par des personnes qui ne voient l’agriculture que par le prisme déformant d’une vision très urbaine de l’écologie.Il est déjà loin le temps où nous étions applaudis pour avoir permis aux Français d’avoir à manger pendant la crise du covid. Il est loin aussi le temps des distributions, sous les louanges, de solution hydro-alcoolique avec la fierté de disposer d’une filière d’excellence agro-alimentaire. C’est ainsi : nos détracteurs ont la mémoire courte, au premier rang desquels les écologistes urbains !Le combat de la filière betteraves pour la ré-homologation des néonicotinoïdes, est d’ailleurs emblématique de cette fracture idéologique et nous devons souligner le courage et le pragmatisme du Ministre de l’Agriculture Julien Denormandie pour préserver l’indépendance alimentaire et sanitaire de la France.Devant les approximations, les effets de manche, les gesticulations, nous devons répondre par des faits, et ne plus rien laisser passer. C’est ce qu’a réussi brillamment Christiane Lambert en taclant sèchement Yannick Jadot qui voulait s’improviser «docteur» en betteraves lors d’un débat, au motif qu’il est originaire de l’Aisne !«Etre né dans l’Aisne ne fait pas de vous un expert en betteraves !».Christiane Lambert lui a également rappelé «qu’une bêtise répétée dix fois ne devient pas une vérité !».C'est ensemble avec détermination et combativité que nous devons œuvrer sans relâche pour que la  vérité l'emporte sur la bêtise et le mensonge.

Jean-Yves Bricout, président de l’USAA

N°2028 (28)

10 juillet 2020 | Semaine 28 2028
Afficher l'édito

L'édito

#InviteTonMaire !

Pendant le covid, nous avons donné à beaucoup l’envie de revêtir l’habit d’un agriculteur signe de liberté de travail. Nous, les agriculteurs de ce pays, avons relevé le défi de nourrir les Français 3 fois par jour ! Il est venu le temps des moissons, avec l’envie de conduire tracteurs et moissonneuses impressionnants par leur taille et leur hauteur ! Nous avons la liberté de travailler la nuit par les plus beaux ciels étoilés, d’utiliser les gyrophares comme des laissez-passer de souveraineté alimentaire. Alors faites vivre à d’autres cet instant magique qui vous fait vous lever chaque matin. Partagez votre passion en invitant votre maire ou son adjoint à monter dans  votre moissonneuse-batteuse. Il s’agit de prendre de la hauteur pour lui faire vivre quelques minutes de la moisson de l’année 2020 post Covid. Cette moisson, elle est différente quand nous la regardons depuis la cabine. Ils y retrouveront leurs yeux d’enfants et comprendront comment on parvient à transformer les céréales, en grain pour devenir des pâtes, du pain, des biscottes, et en paille pour les animaux.Cette rencontre avec votre élu communal doit être un moment de convivialité, un moment privilégié pour lui expliquer tout ce que vous avez engagé en semant une graine pour aller jusqu’à la récolte.Démontrer l’enjeu d’une agriculture qui rend service, qui entretient le paysage et sa biodiversité, qui travaille et qui en récolte les fruits, qui emploie, qui nettoie, qui embauche, qui recycle et qui garantit une marchandise saine et marchande dans tous ses actes de production.Appelez votre maire pour ce rendez-vous qu’on n’a jamais le temps de prendre. Evoquez avez lui les ZNT, les incivilités, les aménagements, les dégâts de gibiers, les débouchés et les services que vous rendez à votre communauté et abordez aussi vos futurs projets.A chacun sa communication, sa façon de la faire vivre. Libre à vous pour cet instant unique avec le premier représentant de votre village, de lui faire vivre en vrai, dans sa commune, et dans votre cabine, un salon de l’agriculture… tout en respectant les gestes barrières bien sûr.A vous les selfies #InviteTonMaire #Moisson2020 !Bonne moisson et fenaison 2020.

Charlotte Vassant,

Secrétaire générale de l’USAA

N°2021 (21)

22 mai 2020 | Semaine 21 2021
Afficher l'édito

L'édito

L’agriculture : une ambition pour la France

En publiant son ouvrage en octobre dernier, Le blé, une ambition pour la France, Henri de Benoist ne pensait sans doute pas que les faits lui donneraient raison aussi tôt.En effet, la crise sanitaire du covid-19 nous amène à certaines réflexions.Si beaucoup de commentateurs voient en cette crise une occasion de valider leurs théories plus fumeuses les unes que les autres, les Français (re)découvrent le rôle essentiel de l’agriculture. Cela fait d’ailleurs paniquer nos détracteurs adeptes de la décroissance qui multiplient les attaques à notre encontre. Mais les faits sont têtus :1) les agriculteurs et leurs salariés font face à la crise avec beaucoup de courage, d’engagement et de détermination, et ce malgré les difficultés importantes de certaines filières.2) La grande diversité des systèmes de production et des produits proposés garantissent à la France un approvisionnement de qualité dans toutes les gammes, du circuit le plus court aux filières les plus longues.3) Nos entreprises agroalimentaires ont été exemplaires à nos côtés pour garantir la continuité de la chaîne alimentaire.Avec un stock de céréales d’un an, la Chine s’assure une sécurité alimentaire stratégique.Les Russes et les Etats-Unis disposent de 6 mois de stock.Pendant ce temps, l’Union Européenne a de quoi tenir 45 jours ! Quel manque d’ambition et quel risque en cas de crise ! A force de considérer que l’on peut disposer de tout et n’importe quoi en quelques «clics», on finit par en oublier le principe de réalité : quand un produit manque sur l’ensemble de la planète et que tout le monde en veut en même temps, c’est la panique !Alors à notre niveau, nous pouvons mener toutes les batailles, mais l’UE et la France ne doivent pas désarmer l’agriculture : pour gagner nos batailles, il nous faut des armes et des munitions. Sinon on se bat avec panache, mais on perd la bataille.C’est pourquoi, il est absolument nécessaire que l’agriculture soit une ambition pour la France.C’est ce que nous avons exprimé au Président de la République venu rendre hommage dans l’Aisne à l’esprit de résistance du général de Gaulle.

Jean-Yves Bricout, président de l’USAA

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°2037 | septembre 2020

Dernier numéro
N° 2037 | septembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui