Anciens numéros

234 anciens numéros

N°1851 (51)

21 décembre 2018 | Semaine 51 1851
Afficher l'édito

L'édito

Avançons ensemble, les pieds sur terre !

Au mois de janvier, tous les agriculteurs auront à voter aux élections Chambres d’agriculture.Il s’agit d’un moment important de notre démocratie professionnelle, qui donnera un cap pour l’orientation agricole et viticole des prochaines années.En se présentant devant vous sur une liste commune avec les Jeunes Agriculteurs (JA), le Syndicat Général des Vignerons de Champagne (SGV) l’USAA démontre encore une fois sa capacité à rassembler et à représenter  le plus grand nombre d’entre vous.Depuis la dernière élection, il y a 6 ans, nous avons travaillé à vos côtés, jour après jour, avec l’aide de vos élus et collaborateurs.Nous n’avons pas été épargnés par les difficultés, et vous le savez mieux que quiconque. Nous nous sommes battus, directive après directive, réforme après réforme. Nous avons combattu l’injustice et défendu vos valeurs, sans relâche.Nous sommes prêts à vous présenter notre bilan, et surtout à vous parler de projets. C’est ce que nous ferons début janvier.Nous défendrons la vision d’une agriculture et d’une viticulture attractives, qui nous permettent de vivre dignement de notre métier.Nous nous battrons pour une agriculture et une viticulture reconnues et aimées pour le  rôle positif qu’elles apportent à la société.Nous présenterons une vision de nos métiers en mode projet, pour vous faire gagner !Alors, continuons ensemble, d’avancer les pieds sur terre.Forts de ces perspectives, nous vous souhaitons à toutes et tous de bonnes fêtes de fin d’année, dans la paix et la joie, entourés des vôtres.

Jean-Yves Bricout

Georges-André Muzart

Isaline Sanchès-Régo

N°1840 (40)

05 octobre 2018 | Semaine 40 1840
Afficher l'édito

L'édito

Sécheresse : la situation s’aggrave !

Nous alertions déjà les Pouvoirs publics dès cet été sur la sécheresse subie par les agriculteurs du département. Force est de constater que près de 2 mois plus tard, la situation ne s’est toujours pas améliorée et s’est même encore aggravée. Les prévisions météo nous laissent toujours peu d’espoir pour les 15 prochains jours. Nous en sommes presque à 4 mois sans pluie !Après les semis administratifs des intercultures pour déplacer la poussière, d’ailleurs pour beaucoup toujours non levées, nous avons les plus grandes craintes concernant les cultures d’automne. Pour le colza, ce seront près de 400 000 ha, en France, qui ne verront pas le jour soit par manque de levée ou par absence de semis.Les premiers arrachages de betteraves sont compliqués et donnent des rendements du simple au triple comme en légumes. Une première en ce début de siècle avec des records absolus en température en juillet et août.Les éleveurs, face à la pénurie d’herbe dans les pâtures, continuent de nourrir leurs animaux avec les stocks constitués pour l’hiver prochain. Les conséquences sur l’alimentation et les trésoreries s’annoncent sévères. Nous voyons que les pays voisins, comme l’Allemagne, prennent le problème à bras le corps. Il serait temps que la France réagisse à son tour… avant qu’il ne soit trop tard !

Charlotte Vassant
secrétaire générale de l’Union des syndicats agricoles de l’Aisne

N°1837 (37)

14 septembre 2018 | Semaine 37 1837
Afficher l'édito

L'édito

Le monde bouge, bougeons !

Alors qu’il est rare de vivre une journée sans subir d’attaques médiatiques, associatives ou sociétales sur notre métier, nous devons ramener nos détracteurs à un principe de réalité. Selon le Secours Populaire : 1 Français sur 5 ne mange pas à sa faim, essentiellement pour des raisons de précarité. Que dire des 800 millions de citoyens du monde qui souffrent eux aussi de malnutrition... Combien seront-ils si nous atteignons les 10 milliards d’habitants à horizon 2050 ?Certains Pays, comme la Russie et la Chine l’on fort bien compris, à nos dépends d’ailleurs, et font de leur agriculture un enjeu stratégique de premier plan.Alors que le gouvernement nous adresse des signaux contradictoires sur la place qu’il ambitionne pour l’agriculture française, nous devons rappeler que nous sommes un secteur géostratégique pour notre Pays. Notre agriculture est plurielle, et sa diversité est une richesse. Il n’y a pas un modèle universel de réussite et de développement, mais des modèles qui se complètent.Sachons tous ensemble préserver ce savoir-faire qui fait partie de notre patrimoine. Le monde bouge ! Bougeons ! Alors battons-nous pour redonner des perspectives positives aux agriculteurs. Battons-nous pour remettre l’agriculture et les agriculteurs en mode projet !Battons-nous pour une agriculture attractive !Battons-nous pour vivre dignement de notre métier !Battons-nous pour une agriculture au cœur d’un grand projet européen !Battons-nous pour faire reconnaître le rôle positif de l’agriculture en termes d’environnement, et de contribution positive à la société !

Jean-Yves Bricout

président de l’Union des syndicats agricoles de l’Aisne

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1901 | janvier 2019

Dernier numéro
N° 1901 | janvier 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui