L'Agriculteur de l'Aisne 13 novembre 2015 à 08h00 | Par Actuagri

Les bilans s’alourdissent pour le blé tendre et l’orge

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © l'agriculteur de l'Aisne

FranceAgriMer juge les stocks de report préoccupants mais estime que les opérateurs français peuvent exporter au-delà des prévisions actuelles.FranceAgriMer a actualisé le 12 novembre ses bilans prévisionnels pour la campagne commerciale céréalière 2015/16. Ainsi, avec des disponibilités de 40,4 millions de tonnes (Mt) et des utilisations estimées à 35,2 Mt, le stock de report français de blé tendre devrait atteindre un niveau record. Il pourrait quasiment doubler par rapport au niveau moyen des cinq dernières campagnes pendant lesquelles il tournait autour de 2,6 Mt. En un mois, le stock «disponible», qui s’ajoute à ce stock, est passé de 2,16 Mt à 2,57 Mt (+ 19 %). Mais FranceAgriMer reste relativement confiant pour les huit prochains mois de la campagne : «Il y a des possibilités d'exporter au-delà des prévisions actuelles», souligne Olivia Le Lamer, chef de l’unité Grandes cultures.

L’Algérie, premier débouché à destination des pays tiers

Durant la campagne 2015/16, la France devrait exporter vers les pays tiers 11,5 Mt de blé tendre contre 11,4 Mt en 2014/15. Au 6 novembre, le cumul des embarquements vers les pays tiers depuis les ports français atteignait 3 Mt, comme l’an passé à la même date. Les achats algériens (1,7 Mt) restaient prédominants. 240 000 t de blé tendre avaient pris le chemin de l’Egypte, même si le plus gros importateur mondial de blé préfère pour l’instant s’approvisionner en Russie (1,71 Mt) ou en Roumanie (540 000 t). FranceAgriMer prévoit par ailleurs des exportations françaises vers l’UE en retrait par rapport à la campagne précédente (7,5 Mt contre 7,9 Mt) mais une utilisation plus importante par les fabricants d’aliments du bétail (5 Mt contre 4,4 Mt).

- © l'agriculteur de l'aisne

La demande chinoise en orge décélère

Après quatre mois de campagne, la France est toujours bien positionnée sur le marché des orges. Ses exportations à destination des pays tiers atteignaient 2,5 Mt le 6 novembre, soit 1,3 Mt de plus qu’en 2014 à la même date. La Chine représentait 91 % des ventes mais le débouché semble se tarir, constate FranceAgriMer. Dans ce contexte, l’organisme public prévoit en 2015/16 des exportations vers les pays tiers de 3,6 Mt, du même niveau qu’en 2014/15. En un mois, FranceAgriMer a ajusté à la hausse la collecte à 10,89 Mt (+ 5,6 %) et à la baisse le niveau des exportations vers l’UE à 3,6 Mt (-2,7 %). Les prévisions d’utilisations par les fabricants d’aliments du bétail restent inchangées à 1 Mt, soit au niveau des minima techniques. Au final, FranceAgriMer a rehaussé en un mois le stock « disponible » de 259 000 t à 838 000 t, qui s’ajoute au stock de report moyen des cinq dernières campagnes établi à 1,15 Mt. Ce qui porte le tout à 1,98 Mt, soit le double du stock de report de la campagne précédente.

Une production de maïs en forte baisse

Les prévisions de FranceAgriMer laissent entrevoir une production de maïs grain de 13 Mt en 2015/16. Il s’agirait, en cas de confirmation, d’une baisse de 16 % par rapport à la moyenne quinquennale. Le rendement est estimé à un peu moins de 83 q/ha, bien loin de la moyenne des cinq dernières années (93 q/ha). L’utilisation dans l’alimentation animale est prévue à un peu moins de 3 Mt contre 3,7 Mt lors de la campagne précédente. En cohérence avec le disponible à l’exportation, les livraisons vers l’UE sont attendues en recul de 2,4 Mt par rapport 2014/15 à 5,2 Mt. Toutefois, selon Olivia Le Lamer, la forte baisse de la production communautaire devrait induire une demande soutenue pour le maïs français, en particulier vers l’Allemagne. Au final, le stock de fin de campagne devrait se situer légèrement en dessous de 2,5 Mt, niveau moyen des cinq dernières campagnes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1646 | novembre 2016

Dernier numéro
N° 1646 | novembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui